Publié par : pascal bazile | 19 juillet 2017

La réjouissante tache de zostères marines de l’étang de Berre

Si les lecteurs de ce blog savent que les zostères naines recolonisent vite l’étang de Berre (voir par ex ici), il n’en est pas encore de même des zostères marines, l’autre espèce moins tolérante aux changements de conditions physiques.

Les zostères marines étaient fréquentes dans les herbiers de plusieurs milliers d’hectares qui ceinturaient presque totalement l’étang jusqu’à la mise en service de la centrale de Saint-Chamas en 1966. Dès 1972 on n’en trouvait plus (voir par ex cette vidéo tirée du colloque Lagun’r de 2011)

En 2009, le GIPREB a tenté des transplantations de zostères naines et marines, sur 6 stations réparties autour de l’étang. Cette expérience est relatée dans ce mémoire d’un étudiant en stage au GIPREB à cette époque.

Cette expérience a été plutôt présentée comme un échec, et le mémoire de l’étudiant précédemment cité se termine comme tant de rapports du GIPREB, en se lamentant de la situation et en estimant nécessaire la réouverture du tunnel du Rove ou la dérivation.

Pourtant, outre le fait que des taches de zostères naines actuelles nous semblent issues des plantations du GIPREB (anse de St Chamas, nord de Figuerolles…), une (au moins) des boutures de zostères marines a survécu et s’est développée.

En ce mois de juillet 2017, soit 8 ans après la plantation, la tache fait environ 3m x 4m, ce qui peut être considéré comme très encourageant.

Nous vous en proposons ci-dessous une vidéo et quelques photos…
Nous pouvons indiquer la localisation de cet herbier sur demande (nous pouvons dire qu’elle fait partie des herbiers de l’embouchure de l’Arc), mais nous ne le publions pas pour le laisser tranquille.
Merci à la personne qui nous l’a indiquée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au premier plan de la photo ci-dessus on voit les zostères marines qui jouxtent des zostères naines (la séparation est visible sur la photo). Les autres taches au loin sont constituées de zostères naines

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ci-dessus la main donne l’échelle de la largeur des feuilles (plus larges que celles des zostères naines).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plusieurs fois comme au centre de la photo ci-dessus, nous avons cru deviner des fleurs, mais cela demandera la confirmation de spécialistes…

Le GIPREB a-t-il oublié cette tache ?

Nous ne pouvons y croire. Cependant il n’en parle presque jamais. Même le plus récent rapport écologique, particulièrement gros (260 pages) car commun à EDF et destiné à son Conseil scientifique pour que ce dernier détermine si l’étang de Berre avait une chance d’atteindre le « bon état écologique » sur les bases actuelles avant 2027 règle l’affaire en une phrase : » l’unique transplant de Z. marina ayant survécu sur ce même site en 2013 voit sa taille diminuer (50cm) » (p83) ce qui est difficile à comprendre quand on sait l’importance des herbiers de magnoliophytes  comme critère. Ne sont-ils pas retournés voir cette taches depuis 2013 ? Elle est pourtant située près de chez eux ! (À noter que, si on croit leur chiffre de 2013, la tache est passée de 0,25m² à 12m² en 4 ans, pas mal!!!

Nous accusons parfois le GIPREB d’être exagérément pessimiste dans ses présentations de la situation écologique actuelle pour justifier son éternel projet de dérivation des eaux EDF (qui doit tant faire rêver BTP et quelques élus amateurs de prestige…), ce cas ne va pas nous en dissuader…

Conclusion:

Notre association pense qu’il serait opportun de retenter une expérience de transplantation. Ce qui a réussi en 2009 (même avec une grosse mortalité) ne peut que mieux se passer en 2017, quand on voit le développement actuel des zostères naines.

Publicités

Responses

  1. Bonjour
    J’ai longé hier matin en kayak la cote partant de la digue à St Chamas jusqu’à bien après l’embouchure de l’Arc . L’eau était exceptionnellement limpide aussi claire qu’en mer même en face la centrale EDF .J’ai vu de nouveaux herbiers entre St Chamas et l’anse des merveilles.Que de bonnes nouvelles me diriez vous ?
    Toutes ces zosteres sont situées prés de la cote jusqu’à 40m gros maximum au plus profond à 1m
    Au delà de ces limites le fond n’est que désolation jonché de coquilles vides
    L’après midi le vent c’est levé et grâce aux sédiments déversés par EDF qui ont été remis en suspension la visibilité ne dépassait pas 50cm .
    Il semble que l’élément le plus limitant pour le développement des ‘herbiers soit la lumière et quelle est une des causes majeures du manque de lumière dans l’étang que ce soit eau douce , eutrophisation ou sédiments ? Tournez vous vers la centrale EDF.

    A part cela l’idée de retenter de nouvelles transplantation me semble opportune .
    J.C AFFRE


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :