Publié par : pascal bazile | 11 septembre 2016

Le port pas très propre « des 3 Frères » à La Mède

Les ports de plaisance sont des sources de pollution du plan d’eau sur lequel ils sont ouverts : rejets de toilettes, de cuisine et surtout rejets de polluants dus aux bateaux eux-mêmes et aux travaux d’entretien (peinture anti-fouling, huiles, batteries etc…).
La pollution de l’étang de Berre par ses ports de plaisance est un point dont notre association discute régulièrement en interne ou sur lequel elle est interpellée tout aussi régulièrement par des riverains inquiets de divers projets.
Nous suivons par exemple le projet d’extension du port d’Istres, sur lequel nous avons écrit un article. Ce projet semble n’avancer que très lentement.

La récente création-régularisation du « port des 3 Frères » ne nous satisfait pas.

dscn2271

La démarche régionale « Ports Propres »

Depuis 2001, la région PACA a développé la démarche de labellisation « ports propres » en direction des ports de plaisance. Elle s’est même présentée en exemple au reste de l’Europe, et depuis 2012 existe une certification européenne qui remplace désormais l’accord français. (voir ici).

Sur le site Internet dédié, on trouve

Une démarche « Ports Propres » largement en panne sur l’étang de Berre

Dans le contrat d’étang (tome 1 p 94) , on nous apprend que « tous les ports de l’étang sont engagés dans une démarche de certification « port propre » avec un diagnostic lancé en 2006 ».
Néanmoins

  • seulement 2 actions au sens strict du contrat d’étang (signé en mai 2013) portent sur les ports : Istres (action B10) et à plus long terme Berre L’étang (action B2-3) et dans les 2 cas on agrandit le port
    Comme vu en introduction, le planning de l’action B10 ne sera pas tenu…
  • sur le site régional des ports propres (voir la carte), on ne trouve sur l’étang de Berre aucun port certifié et un seul officiellement engagé dans la démarche : Saint-Chamas. Les plus proches ports certifiés sont Fos_sur-mer (Saint-Gervais), Port-Maritima (un port à sec…), et Port-St-Louis-du-Rhône.

Le cas du port de La Mède (commune de Châteauneuf-les-Martigues)

Ce port s’est lentement mais largement développé au cours des années.
Des photos aériennes de 2002, 2008 et 2016 valent mieux qu’un long discours (merci Google Earth et sa fonction « historique »…)

Le port en 2002

Le port en 2002

Le port en 2008

Le port en 2008

Le port en 2016

Le port en 2016

Comme indiqué sur la dernière photo (février 2016), on peut distinguer 5 parties à ce port :

  1. le port privé « Horizon Marine » (et l’entreprise Coralia)
  2. un port de pêche (même si le dernier pêcheur a cessé son activité)
  3. le port de plaisance municipal « Gérard Poret »
  4. et enfin le « port » situé dans la « tranchée de la Mède », récemment nommé « Port des 3 Frères »
  5. un second port de pêche ou plutôt l’installation d’un pêcheur en bout de tranchée

Le port privé (A) n’a guère changé.
Le port de pêche (B) s’est à peine agrandi.
Le port municipal (C) s’est doté d’un second ponton et a agrandi le premier,
Le « port des 3 Frères » (D) s’est totalement rempli.
L’installation du pêcheur en bout de tranchée (E) a sans doute une histoire similaire à celle du port (D) mais nous le la traiterons pas ici.

C’est le « port des 3 Frères» du canal qui nous préoccupe.

Le canal de Marseille au Rhône

La tranchée de la Mède fait partie du canal de Marseille au Rhône.
Tout ce canal fait partie du domaine public maritime et le GPMM (Grand Port Maritime de Marseille) en est le gestionnaire.
Depuis 1963 et l’effondrement dans le tunnel du Rove (et ensuite la délocalisation du port de Marseille à Fos-sur-mer), le canal ne sert plus comme voie de circulation des péniches. Il est désaffecté de fait.
Il l’est d’autant plus de
puis le bouchon de sédiments et les barrages flottants désormais permanents en face de la raffinerie de la Mède.
La partie du canal située entre Martigues et La Mède est donc bouchée à la navigation (les clubs d’aviron de Martigues et de Marignane le parcouraient encore il y a quelques années) quelques km à l’ouest de cette tranchée.

Le « port des 3 Frères », une régularisation très récente et sans débat public

La tranchée de La Mède s’est remplie peu à peu de bateaux, plus ou moins en état.
Il semble que l’ensemble des plaisanciers venus s’installer dans cette tranchée se soient structurés en une association : l’UPPM (L’Union des Patrons Plaisanciers de la Mède) pour demander la création d’un vrai port.
Ils auraient obtenu de la préfecture une AOT (Autorisation d’Occupation Temporaire) le 1er février 2014 (source : leur règlement intérieur affiché sur place + le panneau ci-dessous).
zoom-panneau-interdictiondscn1287

Cette AOT aurait été accordée suite à un contrat avec le GPMM, l’UPPM devenant l’exploitant du « port des 3 frères » (l’UPPM paie a priori un loyer au GPMM, qu’il répartit entre ses différents adhérents).
On a donc un port de fait, même s’il est temporaire.
Le problème est que ce port ne possède aucun des équipements d’un port ; pas d’aire de carénage, pas de grue, pas de locaux, pas de système d’évacuation des déchets, pas de douches ni de toilettes…

L’UPPM s’installe sans méthode et sans moyens mais se sent chez elle, les relations avec des riverains se tendent.

Fort de cette régularisation sans doute, l’UPPM s’est sentie autorisée à :

  • installer des bittes d’amarrage
  • installer un mobile-home à terre (avec accord de la mairie obtenu en février 2015). Ce mobile-home sert de bureau et de support à un tableau d’affichage. Il est posé juste à coté du gazoduc Berre-Lavéra au mépris, nous semble-t-il, des règles de sécurité.
  • tenter de se raccorder à l’eau courante. Une tranchée a été faite pour brancher le mobile-home au réseau d’eau. Le branchement a été fait sur la ligne d’un des logements sociaux riverains (en aval de son compteur…), sans qu’en ait été averti l’organisme propriétaire (13 Habitat). Tout semble indiquer qu’il n’y avait aucune autorisation de travaux. La société des eaux (la SEM) a d’ailleurs fait retirer le compteur après demande de 13 Habitat.
    Ils ont déjà installé une petite tuyauterie de rejet (dans le canal…, le mobile-home n’est manifestement pas relié au tout-à-l’égout) on ne voit pas bien le progrès sanitaire et écologique. Nous serions surpris que le GPMM ou le GIPREB aient donné leur autorisation pour le rejet construit, qui heureusement pour l’instant ne rejette que l’eau d’une petite réserve d’eau…
  • poser un panneau indiquant « quai privé » (image ci-dessus) à un endroit manifestement extérieur à l’AOT et d’afficher ainsi leur volonté d’interdire la traversée du canal aux usagers de la plage des 3 frères. Un coup de feu a même été tiré par un plaisancier en direction de jeunes qui traversaient à la nage (plainte déposée…).

Des riverains ajoutent les reproches ou soupçons suivants :

  • Beaucoup de bateaux de ce port servent manifestement d’habitation permanente, ce qui n’est pas autorisé. Une lettre de la mairie (affichée sur le mobile-home) le rappelle d’ailleurs.
  • Beaucoup de plaisanciers abandonneraient leurs déchets « non ménagers » aux alentours. La lettre de la mairie rappelle également que les déchets de port doivent finir à la déchetterie (située sur la commune de Châteauneuf bien loin du port de La Mède).
  • Quand une grue vient procéder à un démâtage, aucune sécurisation de la manœuvre n’est faite (voir photo ci-dessous). Il semble que tout soit fait sans méthode et… sans autorisation.
    SAMSUNG
  • Bruit
  • D’avoir retiré du « port » quelques bateaux abandonnés pour faire de la place à des bateaux « payants » et d’avoir simplement tracté ces semi-épaves en peu plus loin dans l’anse ou le canal. Quelques parties de l’anse deviennent en effet des cimetières de bateaux (photos ci-dessous).

dscn2223dscn2234dscn2219

L’absence de débat démocratique, loin d’être une solution simple rapide, alimente la rumeur et la défiance…

La position de L’Étang Nouveau

en général sur les ports de plaisance sur l’étang de Berre

Nous ne souhaitons pas le développement des ports de plaisance sur l’étang.

  • c’est souvent une privatisation de fait du rivage, avec interdiction d’accès voire obstruction de vue (le littoral de l’Estaque à Marseille est pour nous un bon exemple de ce qu’il faut éviter)
  • c’est une source de pollution reconnue par la région et l’Europe, mais que les structures locales tardent manifestement à réguler. Nous sommes une région de « plaisance » pas chère… et relativement sale. Nous encourageons la démarche « Ports Propres », surtout dans une masse d’eau fermée comme l’étang. Ils semble que les municipalités locales ne soient guère pressées de l’appliquer à leur port.

Pour autant, nous reconnaissons le plaisir de la plaisance et l’intérêt de celle-ci pour découvrir l’étang (certainement une meilleure façon qu’avec un jet-ski…) mais nous souhaitons le développement d’une économie collaborative, sur le modèle des aéroclubs, ou d’autolib. Il n’est pas nécessaire que chacun possède un bateau…

et en particulier sur le Port des 3 Frères

Ce port est né en dépit de toute règle. Manifestement le GPMM et la préfecture (et même la mairie) cherchent à régulariser une situation qu’ils ont laissé s’établir.
Ce port fonctionne actuellement de bien mauvaise façon, beaucoup de bateaux sont habités et le canal et l’étang en subissent des pollutions manifestes.
Il nous semble que le GPMM aurait du construire un port digne de ce nom AVANT d’en céder l’exploitation à l’UPPM. Il serait fort intéressant de pouvoir lire le contrat liant les 2 parties (l’UPPM doit construire le port ?), nous avons des doutes sur sa légalité. Nous avons écrit au GPMM en juillet 2016 à ce sujet. Sans réponse à ce jour.

Il y a la place pour construire un port raisonnable sur l’anse de la Mède qui sert par endroits de cimetière de bateau (voir photos ci-dessous). Il y eut naguère un projet de port à 1500 anneaux (projet MEDMA). Nous aurions combattu un tel méga-projet s’il était encore d’actualité, mais ajouter 30 anneaux au port municipal ou au port privé ET les passer en Port Propre, serait plus acceptable par l’association (sans garantie de l’auteur de cet article, dont le but est d’informer aussi les adhérents…).

Enfin, au moment où l’étang devient un lieu de baignade très fréquenté, il semble dommage que les médéens ne puissent accéder à la belle plage des 3 frères (photo ci-dessous) qu’en traversant le canal à la nage. A moins que ce ne soit pour garder cette plage la plus sauvage possible, mais ce point mériterait d’être débattu.
dscn2267

et au-delà de ce « port », quel avenir pour le canal du sud de l’étang de Berre ?

Le GPMM a accepté de laisser vivre ce port qui limite fortement l’accès à la partie ouest du canal depuis l’anse de La Mède. Nous supposons que la société Total (propriétaire exploitant de la raffinerie de La Mède) était d’accord…
Or cette société prévoit de convertir cette raffinerie fermée depuis quelques années en bioraffinerie (projet Phoenix, 200 millions d’euros d’investissement, début du chantier prévu en 2017). Que souhaite faire cette société de son port sur l’étang et du bouchon de sédiments ?
Nous rappelons que nous soutenons le projet Delphinorove (voir nos articles à ce sujet), qui utiliserait la partie est de ce canal (de l’anse de La Mède au bouchon du tunnel du Rove).


Ne serait-ce pas le moment de commencer une réflexion globale et démocratique sur ce que peut devenir la rive sud de l’étang de Berre ? Voilà un beau test de démocratie et de légalité pour une Métropole marseillaise toute neuve qui ne cesse de répéter que l’étang de Berre se situe en son centre…

Publicités

Responses

  1. Il aurait été intéressant de rajouter une photo aérienne prise avant la création de l’autoroute. J’ai emménagé au 3 rue louis Mamet, en décembre 1973. Les nuits d’été, c’était que du bonheur, sauf pour Robert mon voisin qui n’appréciait pas l’opéra, Dieu ait son âme. Le premier tronçon, ouvert en 1972, était un contournement de Martigues, avec franchissement de la passe de Caronte. La jonction avec l’A7 a été réalisée en 1975. L’autoroute du littoral date de 1989.

  2. Bonjour, oui concernant le nombre de bateau, il y a effectivement un site qui se développe qui s’appelle Click and boat, je souhaitais effectivement louer un bateau, avec capitaine et je n’en ai pas trouvé proche de l’étang alors qu’il y en a beaucoup sur Marseille et Cassis, je pense que ce serait une tres bonne idée à à développer, :
    Pour faire le tour de l’étang
    Pour réduire le nombre de bateau et la pollution
    et un gain financier non négligeable pour le propriétaire
    Un bon moyen quand on a pas le permis bateau
    Cordialement


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :