Projet DELPHINOROVE, les actes du colloque du 9 avril 2014 sont publiés

Une invention c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration dit on parfois (les pourcentages et les auteurs supposés pouvant varier).
Une telle phrase peut être appliquée à Guy Imbert et son idée d’utiliser des dauphins pour améliorer l’image de l’étang de Berre. L’idée qu’il a en effet présentée à quelques uns des membres de notre Conseil d’Administration il y a 5 ou 6 ans ne semblait guère résister à l’analyse:

  • où irait on chercher les dauphins ? s’ils ne venaient pas tous seuls, n’y avait il pas une raison qui condamnait l’idée d’en y mettre?
  • s’il fallait en capturer et les amener, il faudrait sans doute les empêcher de sortir. Comment ? Et tout cela allait il vraiment améliorer l’image de notre étang? Le contraire semblait plus vraisemblable…
  • Et combien de dauphins? Et combien de poissons allaient ils manger? Comment faire accepter cela aux pêcheurs, etc…

Cependant, tous les 6 mois peut-être au début, puis plus fréquemment, Guy nous est revenu avec une idée améliorée, en faisant tomber nos arguments les uns après les autres. Peu à peu son projet s’affinait, se précisait. Ainsi,

  • les dauphins ne seraient pas capturés mais viendraient de delphinariums devant fermer (arrêt pour défaut de norme, faillite…), et le vivier existait,
  • ils seraient installés dans le canal du Rove dont le site semblait largement suffire, sans gêner personne.
  • ils seraient nourris de poissons frais fournis par les pêcheurs, essentiellement les prises non vendables
  • la pollution du canal du Rove ne semblait pas être un obstacle insurmontable, même si il semblait utile de faire une étude vétérinaire. D’ailleurs pour commencer, un(e) étudiant(e) en école vétérinaire pourrait en faire sa thèse de fin d’étude. Il y avait aussi le précédent du dauphin Fanny qui avait élu domicile dans le canal de Port Saint-Louis du Rhône…

Fin 2011, le projet est apparu à certains membres du Conseil d’Administration suffisamment abouti pour être présenté en Assemblée Générale (voir ici). Le doute de certains adhérents contrebalançait encore l’enthousiasme des autres, néanmoins le soutien avait été voté à l’unanimité au CA suivant.

L’Etang Nouveau a été physiquement mis à contribution, notamment pour les mesures de température de l’eau dans le canal du Rove, qui ont permis de découvrir (pour nous) la grande différence de température, en hiver, entre les deux cotés du canal. Si du coté de l’étang l’eau pouvait facilement geler en surface (ce qui ne serait a priori guère du goût d’éventuels dauphins…) du coté de la rade de Marseille elle restait toujours au dessus de 12°C, ce qui au contraire est parfaitement « delphinocompatible ».

Ainsi, mois après mois, précisions après précisions, complément après complément, levée d’objection après levée d’objection, soutien de personne après soutien de personne (plus quelques structures dont la nôtre donc), l’idée est devenu un projet qui porte désormais le nom de DELPHINOROVE et a fait le 9 avril 2014 l’objet d’un colloque organisé à la demande du Conseil Général comme préalable à une éventuelle étude de faisabilité. Nous n’en avions alors pas fait la publicité car ce colloque n’était pas destiné au grand public mais notre Conseil d’Administration a cependant pu être bien représenté.

Les actes de ce colloques ont été publiés sur le blog « orienté pêche » L’Encre de Mer, VOUS LES TROUVEREZ SUR CE LIEN.

En tant qu’association, nous ne pouvons que nous réjouir que M Cheinet du MNLE13 ait accepté, après avoir assisté au colloque, d’en éditer les actes. Nous ne sommes pas d’accord avec le MNLE13 sur leur soutien à la dérivation des rejets EDF mais nous nous réjouirions de les voir soutenir DELPHINOROVE.

En tant que personne, je suis particulièrement fier et remercie Guy de m’avoir permis de cosigner son exposé, même si ma contribution s’est souvent limitée à l’écouter, à refaire un ou deux calculs ou à chercher des volontaires pour former les équipes pour effectuer en kayak des mesures de la température de l’eau du canal par de froids dimanches d’hiver (ce qui n’est pas si facile…).

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA 109006

L’étude de faisabilité souhaitée n’est toujours pas financée ou officiellement soutenue à ce jour, mais les structures représentées au colloque (sous-préfecture, CR PACA, CG13, GPMM, pêcheurs, scientifiques…) peuvent laisser supposer que l’idée folle du départ est désormais devenue un projet socialement, écologiquement et financièrement acceptable ou au moins discutable en haut lieu.

Ainsi bien plus qu’aux premiers temps, et un peu plus qu’hier, on peut être raisonnablement optimiste pour une idée qui, si elle s’avère possible et est finalement mise en application après encore bien des évolution prévisibles, ne pourra qu’améliorer grandement l’image de l’étang de Berre, localement bien sûr, mais aussi nationalement voire dans le monde entier.

Publicités

2 commentaires

  1. bonjour,
    Je suis de ceux à l’EN, qui supportent ce projet, peut être utopique, mais pourquoi pas. Mais la pollution du 9/11 par la raffinerie Total de la Mède me pose problème.
    Supposons que ce projet ait été accepté et réalisé, que seraient devenus ces dauphins ? je ne sais. Ce seraient-ils réfugiés dans le tunnel?

    Quelle réponse peut donner Guy Imbert pour nous rassurer?

    Il est vrai que le projet n’aboutira pas demain mais que demain, la situation économique du monde pétrolier confirmé par certaines déclarations récentes, remet en cause la pérennité de cet établissement.
    Dans un tel cas nous aurions des avantages et inconvénients, le malheur des uns faisant le bonheur des autres.
    Dans les moins, une perte locale d’une industrie donc des retombées négatives économiques et sociales avec l’emploi, le commerce.
    Dans les plus, nous aurions une moindre pollution de l’étang, moins de circulation de pétroliers (pollution, sécurité surtout à Caronte) , une moindre concurrence pour la plateforme de Lavéra qui envisageait déjà dans les années 80 un telle fermeture… et qui dit moindre pollution dit que le projet delphinorove serait plus plausible par l’élimination d’une pollution accidentelle.

  2. Bravo Pascal pour le boulot que tu fais (avec d’autres, dans le cas présent). Mais, as-tu le temps de prendre des loisirs et de dormir ? Bravo encore, Fernand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s