Publié par : noiram13 | 15 juillet 2014

Rendons à César ce qui est à César

L’article de Pascal sur les libertés éditoriales du GIBREB me rappelle d’autres libertés prises avec les dates par l’ancêtre du GIPREB, à savoir le SISEB.
En effet, La lettre ouverte aux riverains de l’EdB de 2010, intitulée « affaire classée »  comporte plusieurs contre vérités en ce qui concerne les dates.

la page 2, indique : « cela fait 22 ans que nous nous battons … » puis « le SISEB créé en 1987 … »

C’est tout faux !

Le SISEB n’a pas été créé en 1987 mais en 1990. Des articles dans Le Provençal de l’époque permettent de définir l’année..

Un article du 18/4/2008 : créé en 1991, le SISEB est à l’origine du référendum d’initiative locale sur la réhabilitation de l’EdB (6/10/91)
Le site de la ville de St Mitres indique « en 1990 les 10 maires du pourtour de l’EdB ont décidé de mener une action commune collective … » Donc le SISEB n’existait encore pas en 1990

Le rapport 312 de 1996 du Sénat reprend l’historique et fait référence à la création du SISEB en 1991.

Un article du Provençal en mai 89, indique que les 10 maires se réunissent pour créer ce SISEB et que la proposition sera porté au sous préfet d’Istres le 1er juin. J’imagine que la création officielle (parution au JO que je n’ai malheureusement pas trouvée car à cette époque l’internet était quasiment inexistant) ne pouvait être qu’ après cette date donc dans le meilleur des cas en 1990.

Au delà de la date précise 1990 ou 1991 , il est évident que le SISEB n’a pas été créé en 1987.

Pourquoi, insister sur ces dates?

C’est que notre association l’Etang Nouveau a été, elle, réellement créée en 1988 donc AVANT le SISEB; ce dernier  a pris le train en marche.

« rendons à César ce qui est à César » : l’Etang Nouveau a été précurseur dans la lutte pour la réhabilitation de l’EdB.
Ceci est une vérité historique alors que des articles ici ou là reprennent des informations erronées et diffusées largement au grand public. C’est de fait de la désinformation!

A noter également, que « la lettre ouverte… » s’obstine à ne pas vouloir reconnaitre une amélioration de l’état écologique de l’Etang depuis la limitation des rejets d’eau à St Chamas. (cf la critique de Pascal dans son article de juillet)
Quatre ans plus tard, le GIPREB ressort régulièrement avec ses moyens importants de communication, la même rengaine pour proposer une déviation aussi coûteuse pour le contribuable qu’anti écologique. Voir notre site pour plus de détails.

De tout cela , on peut se poser la question du pourquoi cet aveuglement…

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :