Publié par : pascal bazile | 14 avril 2014

Les herbiers de zostères de la centrale EDF – avril 2014 (vidéo)

Rajout du 13 avril 2015 : une vidéo prise directement à l’embouchure de la centrale (Youtube)

C’est souvent en avril que l’eau de l’étang de Berre est la plus claire et donc les zostères les plus visibles. C’est notamment vrai pour les zostères du bassin de délimonage de la centrale de Saint-Chamas, que nous n’avions pas réussi à filmer en 2013.

Notre vidéo de ces herbiers sur Youtube (lien) n’est pas terrible: nous avons dû faire passer la caméra à travers les zostères pour qu’elle arrive à les filmer et on n’a guère de vue d’ensemble. Mais sur 100m de transect (entre 50 et 150m du bord environ) on se rend quand même compte de la surface recouverte. Les herbiers ne forment pas un continuum, les zostères (Z. noltii) partagent l’espace avec des ulves et des gracillaires, mais il y en a régulièrement et on peut estimer au nez que 2% des 300m de bande de côte entre la petite Camargue et la centrale (soit 1km env) sont recouverts de zostères, ce qui ferait quand même 6000 m2, et nous confirmons donc notre estimation de fin 2013.

Mais évidemment cette évaluation devra être confirmée par les photos aériennes du GIPREB. Si il y a une zone de l’étang qu’il ne faut pas rater, c’est celle-là. On verra bien (ou plutôt on espère voir, puisque nous ne sommes pas sûr de jamais voir les photos…). Si nous publions beaucoup sur les zostères ces temps-ci, c’est (aussi) pour mettre la pression sur le GIPREB et la société de photographie aérienne qu’ils auront choisie…

herbiers anse saint-chamas avril 2014

Clairement, nous ne sommes donc pas d’accord avec M Grisel le directeur du GIPREB quand il dit (aux rencontres naturalistes de la LPO fin janvier 2014) que le seul herbier en développement dans l’étang de Berre est celui de Vitrolles. Nous pensons qu’il y a plus de zostères dans le bassin de délimonage de la Centrale qu’à Vitrolles.

Et surtout il ne s’agit pas d’un herbier planté en 2009. Il ne peut pas non plus s’agir d’un herbier « relique » comme continue de les qualifier systématiquement le GIPREB (voir ici leur invitation à suivre les herbier de l’étang dans le cadre d’une expérience de science collaborative où ce terme est encore employé) : en effet le bassin de délimonage était plus profond de 2 ou 3 m à l’origine et s’est vite comblé avec les limons de la Durance amenés par le canal EDF. Ces fonds sont plus récents que la centrale et les zostères aussi.

Mais ces zostères ont c’est sûr déjà quelques années d’existence, car l’enlimonage de cette partie du bassin est sans doute déjà ancien. En effet les limons ont comblé les fonds les plus proches de la centrale jusqu’au moment où ces fonds sont remontés à 0,5-1m de la surface, à ce moment la vitesse de l’eau au dessus était telle que la sédimentation ne se faisait plus: les limons suivants étaient transportés un peu plus loin (et hors du bassin de délimonage, qui ne portait donc plus très bien son nom). Les limons sur lesquels on trouve les zostères sont sans doute stabilisés depuis plusieurs années et s’ils ne supportent pas le poids d’un homme, on ne peut plus parler de « crème de vase ». Il semble d’ailleurs qu’il y ait plus de zostères près de la centrale que près de la petite Camargue où les limons semblent plus récents. Dans les zones en cours de stabilisation on trouve en plus des zostères des bivalves fouisseurs et des moules, ce qu’un observateur attentif verra dans la vidéo.

013 reduitCi-dessus le lieu d’où est partie la plongée de la vidéo, au niveau d’un vieil escalier qui permet de descendre. On distingue faiblement les tâches sombres des herbiers (le plus souvent des zostères) qu’on distinguera mieux dans 1 mois ou 2 quand elles auront un peu grandi.

Le GIPREB connait ces herbiers mais…

Jusque fin 2012, les « états écologiques annuels » du GIPREB ne mentionnaient pas ces herbiers. C’est seulement celui de 2013, mis en ligne récemment qui en parle un peu, en prétendant les avoir repérés dès 2005. Par contre, alors qu’ils font régulièrement des plongées de suivi le long de transects tout autour de l’étang, il n’y en avait apparemment pas dans le bassin de délimonage. Ce fait semble avoir empêché le GIPREB de suivre le développement des ces étonnantes zostères « non-reliques ».

Pour prouver notre propos, on se rapportera au rapport d’un stagiaire que le GIPREB a accueilli et qui date de septembre 2013. Ce rapport centré sur les transplants de zostères de 2009 ne cite pas les herbiers de la centrale dans sa carte générale des herbiers p5, or nous insistons pour dire que ce sont les plus gros de l’étang, et nous ne pouvons imaginer que le GIPREB ne le sache pas.

Ce dernier rapport, pour finir sur lui, part du fait que l’étude des transplants de 2009 est une bonne approche pour étudier les zostères de l’étang. Au vu du présent article (et de celui de 2013), nous pensons qu’il aurait mieux valu étudier les zostères de la centrale EDF. Le rapport part également du fait que beaucoup des transplants de 2009 n’ont pas survécu, ce que nous dénonçons (voir notamment ici et ici). A partir de ces 2 objections, nous refusons logiquement la conclusion du rapport (« pour pouvoir utiliser les réimplantations comme outil de restauration à grande échelle au sein de l’étang, les conditions environnementales doivent s’améliorer ») surtout qu’elle suggère comme solution la dérivation des rejets EDF (comme tous les rapports du GIPREB…) dont nos lecteurs savent le mal que nous en pensons.

Il était donc vraiment temps d’y voir plus clair sur les zostères de l’étang et la campagne de photos aérienne ainsi que l’expérience de science collaborative (à laquelle nous invitons tous nos lecteurs à participer) sont plus que bienvenues…

Publicités

Responses

  1. Bravo pour ce travail sous-marin suivi sur cette espèce discrète mais si importante comme indicateur de l’amélioration du milieu. En balade terrestre sur le site, le 21 avril, j’y ai côtoyé une biodiversité beaucoup plus racoleuse: ragondins.sternes, échasses,flamants, cygnes, tadornes?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :