Publié par : pascal bazile | 5 juin 2013

Forme et étendue des herbiers de zostères de la centrale EDF de Saint-Chamas

modif 1 : Suite à des échanges de commentaires, une sortie kayak avec un des abonnés du blog a été faite le 12 juin 2013. La carte des herbiers a été révisée à cette occasion et quelques textes modifiés.

remarque: Le 14 avril 2014, une vidéo a été mise sur youtube d’une plongée transect à travers les zostères de la centrale et un nouvel article a été écrit sur le sujet.

Juin est un excellent mois pour plonger et chercher des données précises sur l’état écologique de l’étang. Pour peu que le mistral ne souffle pas, l’eau est claire avec une visibilité qui peut atteindre plusieurs mètres vers le fond, et encore plus horizontalement. Nous invitons tous nos lecteurs à mettre un masque et plonger dans l’étang en ce moment.

En ce qui concerne les herbiers de zostères du bassin de délimonage de la centrale hydroélectrique de Saint-Chamas, que nous appellerons désormais « herbiers de la Centrale », et dont nous vous avions déjà parlé l’an dernier, les bonnes conditions d’eau nous ont permis de les voir et même d’en faire une cartographie sommaire objet du présent article.

Si les conditions sont bonnes, n’importe qui peut voir les plus gros de ces herbiers en s’arrêtant simplement le long de la route D10. Les tâches brunes sur l’eau sur la photo ci-dessous sont des herbiers de zostères:

016

Si on met les pieds dans l’eau (et dans les limons) on peut les rejoindre à pied (ce que ne feront que les gens motivés, même si les bains de boue sont paraît il très bon pour la peau). La photo suivante est prise entre 2 herbiers. Il y a entre 60 et 80 cm d’eau. Les zostères sont souvent plus brunes (un peu incrustées de limon) que vertes mais paraissent en bonne forme, Beaucoup de pousses semblent être assez jeunes.

025

Et les 2 photos ci-dessous (rajout du 12 juin) montre notre « analyse » de ces herbiers. Les zostères sont naines (nolti) et plutôt saines. Les herbiers ne sont pas colonisés par des algues épiphytes, ce qui était pour nous un signe de jeunesse.

040046

Le bassin de délimonage de Saint-Chamas est une anse assez largement artificielle, formée par une digue en gros nord-est/sud-ouest qui la sépare de la Petite Camargue, et d’une autre digue en gros nord-ouest/sud-est (dite « digue EDF ») qui la sépare du panache de la Touloubre.

Si on va à l’angle  de ces 2 digues, on découvre d’autres herbiers, plus petits. Ce qui fait qu’on arrive à la cartographie sommaire suivante:

herbiers anse saint-chamas

Cartographier les herbiers de zostères fait partie des missions du GIPREB. Il y a eu des appels d’offre pour cette prestation (photographie aérienne par ballon, de mémoire). Mais si le GIPREB cite régulièrement les herbiers (assez grand) de la pointe de Berre, ou ceux (anecdotiques) de l’embouchure de l’Arc, il ne cite jamais les herbiers de cette anse.
Nous avons récemment lu que le GIPREB avait rajouté un site « naturel » (hors sites de replantation) à leur suivi, mais sans le nommer. Cela peut donc être celui-ci ou un autre que notre association ne connaitrait pas.

Nous pensons qu’il s’agit de ces herbiers-ci. Il est vrai que l’existence des « herbiers de la centrale » est un peu gênante, qui expliquerait qu’ils ne soient pas facilement cités. Le discours « officiel » était en effet (en résumant violemment): « ces plantes jadis réparties tout autour de l’étang ont régressé à cause des rejets de la Centrale EDF ». La mauvaise santé (jusque là) des herbiers de zostères était ainsi un des meilleurs arguments pour le GIPREB pour estimer le niveau actuel des rejets EDF encore trop fort… (cette dernière idée étant partagée par certains de nos adhérents).

Or des zostères semblent bien se porter au débouché même de cette centrale, là où l’eau est la plus douce et la plus chargée de limons, là où on les aurait le moins attendues. Ce sont même les plus gros herbiers naturels de zostères de l’étang. Et on en trouve pas (encore?) ailleurs.

Au sein de notre association également ces herbiers posent souci, car certains adhérents (dont notre président) proposent cette zone pour créer un bassin aval dans le cadre du projet STEP Durance (voir ici).

Les herbiers plus petits de la partie sud (angle des 2 digues) sont plus faciles à photographier car l’eau est moins profonde (30cm). On s’aperçoit alors mieux de leur forme:

008011012

Ces herbiers-ci sont très découpés, en « fractals » pourrait on dire. Je pensais que c’était plutôt positif, signe de croissance, mais mon binôme de la sortie du 12 juin m’a assuré qu’en 3 ans, il les avait vu largement régresser. A les examiner, les  zostères de ces herbiers paraissent également plus petites et plus incrustées de limons que celles de la partie nord. Les tiges semblent plus vieilles.

Je veux bien le croire. Mais je reviendrai assurément l’an prochain pour essayer d’y voir plus clair.

Publicités

Responses

  1. Bonjour
    Concernant cer hebiers cela fait 3 ans que je les visite vers le mois de juillet et aout . Si les crevettes et autres poissons raffolent de cet endroit j’ai constaté que dire qu’ils sont en exellente forme est un peu exagéré du moins à mon gout . Ils font plutot « la gueule »

    • Je pêche parfois par trop d’optimisme (c’est si rare chez un écolo), et encore, je me contrôle quand j’écris!!!
      J’ignorais que ces herbiers étaient connus depuis si longtemps et qu’on disait d’eux qu’ils étaient en bonne santé… Qu’est ce qui vous fait dire qu’ils ne se portent pas bien? Y a t’il un critère facile à repérer?
      Avez-vous des photos d’il y a 3 ans? Cela nous intéresserait. Je n’ai pas pu encore le faire, mais je pensais monter sur le crête au dessus pour essayer de prendre une photo générale des herbiers si on voit quelque chose.. et éventuellement y retourner l’an prochain…

  2. Lorsqu’il y changement brutal d’un environnement devenant agressif, il y a disparition des espèces les plus fragiles ou moins aptes à s’adapter.
    Mais si les changements du milieu sont lents – c’est le cas depuis la réduction des rejets- les êtres vivants s’adaptent peu à peu à leur environnement variant, C’est l’évolution des espèces.
    La réduction des rejets d’eau douce, même limitée de par la loi, modifie lentement le milieu pour revenir peu à peu à une situation connue par les anciens.
    Les changements brutaux sont alors minimisés, ouvrant alors des possibilités d’adaptation… qui semblent évidentes au vue de cet article et photos.
    d’où une question : ces herbiers sont ils absolument identiques à ceux des zones non touchées ? ou peut on y déceler des variations génétiques?
    ça c’est au gipreb d’en faire les analyses et études.

    • Une analyse génétique des zostères de la pointe de Berre et de l’embouchure de l’Arc a été faite, et celle-ci comparée à d’autres zostères de Méditerranée (voir site du GIPREB, onglet Lagun’R) mais malheureusement les zostères de la centrale n’ont pas été intégrées à l’étude, je pense qu’elles n’étaient pas connues des chercheurs au moment de leur étude.

  3. Le dernier commentaire me semble de bon sens. Il s’agit peut en effet d’un processus d’adaptation lente à une réduction des rejets d’eau douce, même limitée par la loi. Il serait remarquable, comme le suggère Noiram, que des variations génétiques soient ainsi induites et conduisent à l’apparition d’une espèce nouvelle, à laquelle on pourrait attribuer le binomen de Zostera facietosa. Les processus de spéciation étant de longue durée, l’équipe scientifique du GIPREB aurait ainsi son avenir assuré.

  4. Il faudrait aussi s’interroger sur la capacité du rejet d’EDF à  »isoler » ces peuplements d’un (ou plusieurs) polluant chimique provenant des autres bassins versants, des industries, de la plaine de Berre ou de l’étang lui-même (pollution historique) : polluant qui limiterait la croissance des autres herbiers.
    Pour mémoire, les Zostères naines du Vaccarès sont exposés aux phyto-sanitaires des cultures de Camargue (rizières notamment).
    Par ailleurs on ne sait pas encore grand chose de l’impact des nano-particules (nano-technologies) sur la faune et la flore aquatique.

    Tout de même, une note optimiste : nous relevons depuis 3 ans de plus en plus de feuilles et rhizomes de zostères naines échoués sur la plage du Jaï.

    Dans tous les cas, bravo pour la cartographie de ces peuplements.

  5. Bonjour
    Désolé je n’ai pas de photos , ce qui me fait penser qu’elles ne sont pas au mieux de leur forme c’est toutes les saletés adhérente à leurs tiges ainsi que l’aspect rabougri .. Hier j’ai vu sur une surface de +10m2 d’herbiers . Elle est situé en partant du lavoir de St Chamas faire environ 800m ou plus en direction de l’embouchure de la Touloubre . . Elle devait être située à 70cm de profondeur . A cause de l’eau qui s’est troublée je ne sais pas si il y en a d’autre
    PS j’ai suivi la cote en kayak de mer .

    • L’aspect rabougri ne m’est pas apparu. Si ce sont des zostères naines (Zostera nolti), ce que je crois, alors elles ont une taille très convenable. Les zostères de l’embouchure de l’Arc sont encore plus petites. Pour l’aspect brunâtre, vous avez raison, ces zostères sont recouvertes de limons qu’on ne peut retirer qu’en passant le doigt. Je n’ai pas eu l’impression que ça les gênait beaucoup mais c’est un suivi sur plusieurs années qui pourra trancher. C’est le travail du GIPREB…
      Bien vu le kayak de mer! Si j’ai bien compris l’herbier dont vous parlez n’est pas situé dans le bassin de délimonage, mais est situé côté anse de Saint-Chamas. L’anse de Saint-Chamas avait été en 2009 (?) l’un des 6 lieux de plantation de zostères par le GIPREB, mais il avait apparemment capoté. Je pense que votre herbier est naturel… Il faudra que vous me le montriez!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :