CDCEA et PLU ?

1) Historique :

Courant 2011, l’Étang Nouveau, au titre d’association « agréée environnement », a reçue du Préfet des Bouches du Rhône, la proposition de participer comme membre de droit à la CDCEA (Commission Départementale de Consommation des Espaces Agricoles).
Cette commission départementale a été instituée, pour une durée de 6 ans, par la Loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche du 27 juillet 2010, dans le cadre du Grenelle de l’Environnement ! Elle se réunit en Préfecture, à Marseille, tous les deux mois environs… La réunion d’installation s’est tenue le 04 octobre 2011, et la première réunion de travail le 13 décembre 2011, avec l’examen du PLU de la commune de Bouc Bel Air. Elle est en charge, pour les communes du département, de donner un « simple avis » sur tous les projets consommateurs d’espace agricole, et sur les PLU arrêtés.

Après sa consultation, notre Conseil d’Administration, fort d’un membre disponible et volontaire pour y participer (moi-même), a décidé d’accepter la proposition. La sécurité alimentaire de la collectivité et l’avenir de nos enfants sont directement concernés ! Cependant, les enjeux de préservation des espaces agricoles, des paysages, et de la biodiversité, face aux pressions foncières particulièrement importantes sur notre département ne peuvent se contenter d’un « simple avis »! Nos amis de la Confédération Paysanne, eux aussi invités par le Préfet, ont ainsi refusé de participer, dès la première réunion de travail, en motivant leur décision dans un courrier !

A noter que toutes les communes du département ne sont pas forcément directement sur le territoire concerné par l’intervention de notre association (bassin versant, cours d’eau et affluents de la Durance ou de l’Étang de Berre), mais l’article 2 de notre statut nous y autorise.

Spéculation foncière dans les Bouches du Rhône :

S’il y a un indicateur qui est alarmant, c’est bien celui des transactions : seules 44% des terres agricoles vendues conservent leur usage, le reste étant converti en pavillons, centre commerciaux, zones d’activités ou de loisirs… C’est là, la conséquence directe d’un autre chiffre édifiant : les terres promises à un logement collectif se négocient 130 fois plus chères que celles qui restent agricoles…

Depuis plusieurs années déjà, nous étions bien conscients que la réhabilitation, de l’Étang de Berre et de la Durance, ne pourrait être pérenne, qu’à la condition du maintien des sols fertiles et naturels des bassins versants (agricoles, forêts, plaines, etc.). Cette volonté permet ainsi le maintien de l’alimentation hydrique des nappes souterraines.
Nous avons ainsi déjà organisé plusieurs manifestations, visites de Domaines, conférences, débats, contre la spéculation foncière, et pour le maintien de l’irrigation gravitaire, la mise en valeur de la pêche sur l’Étang de Berre, le développement de l’agriculture naturelle raisonnée et biologique, de « l’exploitation » forestière, du maraîchage et de l’élevage. Les « Rencontres pour l’agroécologie » en sont le moment fort chaque dernier weekend de janvier depuis trois ans.

L’exemple de la côte d’azur bétonnée est à proscrire ! Le maintien de l’élevage et du pastoralisme raisonné sont une nécessité vitale, pour nourrir les sols, et donc la population. L’irrigation dont notre département bénéficie depuis Adam de Craponne, ne conserve de sens, que s’il reste des terres agricoles arrosées pour maintenir l’approvisionnement de la nappe phréatique, donc l’alimentation en eau de la population !

Les Bouches-du-Rhône sont le premier département producteur de fruits et légumes. Malgré tout, en PACA, l’artificialisation des sols se fait essentiellement au dépend des terres agricoles : pour exemple, entre 2006 et 2010, ce sont 296 Km2 de surfaces agricoles perdues en 4 ans, soit l’équivalent de la superficie de la Métropole de Marseille ! Si l’on y regarde de plus loin, entre 1970 et 2000 PACA a perdu 20% de surfaces agricoles et entre 2000 et 2010 moins 12% ! Or, la surface agricole moyenne nécessaire à l’alimentation d’un habitant représente environ 2600 m2 ! Avec seulement 1300 m2 de Surface Agricole Utile par habitant en 2010, soit la moitié, notre Région ne peut plus s’autoalimenter ! Si l’on prend en compte que notre croissance démographique est la plus élevée des Régions de France, et que la concurrence du tourisme résidentiel et de l’« héliotropisme » du 3éme âge*, concourent à l’augmentation du prix du foncier et des logements, on saisi l’ampleur des difficultés rencontrés par les jeunes agriculteurs de notre département.

*Chiffres et propos extraits du site internet de l’URVN-FNE-PACA.

Les objectifs affichés de la CDCEA répondent à la nécessité d’assurer le développement durable de l’agriculture, de la forêt, et des territoires, afin d’assurer notre sécurité alimentaire, grâce à la préservation du capital de production agricole, et donc du foncier agricole ! Mais le moyen mis en œuvre manque d’autorité sur les projets d’urbanisme et sur certains PLU destructeurs, tels ceux de Istres ou de St Martin de Crau. !
Nous reviendrons donc, dans un prochain article, sur les « feuilletons » de nos interventions en CDCEA au cours des 8 séances de l’année 2012 et sur l’actualité PLU de ce début 2013.

Aldobruno.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s