Publié par : pascal bazile | 10 juin 2012

Suggestion d’ingénierie écologique : développer la mytiliculture et épurer l’étang.

Les 2 et 3 juin derniers, plusieurs d’entre nous ont pu suivre des visites de sites écologiquement impactés et faisant l’objet d’expériences d' »ingénierie écologique » par le CNRS ou l’INRA : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2617.htm?&theme1=3 <http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2617.htm?&theme1=3>

Il ne s’agissait que de sites « terrestres », cependant, ces expériences d’ingénierie écologique sont dans l’air du temps, et même le GIPREB semble s’en reconnaitre : http://www.etangdeberre.org/retablissement-de-l-ecosysteme,12

Comment appliquer ce concept à l’étang de Berre?

Les plantations de zostères, comme l’a tenté le GIPREB, est une voie. Elle est qualifiée de semi-échec par le GIPREB mais nous doutons de la volonté du GIPREB de la voir totalement réussir (voir article précédent)

Le dépôt de récifs artificiels, comme il a été fait sur la Côte Bleue par le Parc Marin, serait une autre voie, mais peut-être y a t’il mieux encore à faire ici, de manière à la fois plus ambitieuse et réversible.

Aujourd’hui, j’ai plongé sur la côte rocheuse des Heures Claires (Istres). Je suis retourné voir un arbre mort tombé dans l’eau, l’an dernier je pense, qui peu à peu se fait coloniser par divers organismes. Ca donne ça:

On voit sur les branches de l’arbre un important développement de moules, ainsi que notamment des algues rouges du type « gracilaire ».

Pendant cette plongée j’ai eu l’idée suivante :

  • l’étang est supposé encore recevoir trop de nutriments, notamment via les rejets de Saint-Chamas (même si l’eau douce qui vient de la Durance n’est pas très concentrée en nitrates notamment, vu le débit ça finit par faire un gros apport annuel quand même)
  • l’étang est (de ce fait?) parfois victime de blooms planctoniques, qui peuvent lui faire chuter son taux d’oxygène, ce qui pourrait expliquer la mort régulière de bancs entiers de poissons (voir articles de ce blog: ici, ici et )
  • si l’étang se rétablit (ce que notre association pense majoritairement), c’est supposé être trop lent.

Alors pourquoi ne pas développer un important programme de mytiliculture (culture des moules) sur l’Etang (et surtout sur les zones où le fond est actuellement pauvre):

  • En filtrant le plancton, les moules limiteraient les blooms planctoniques
  • les algues qui pousseraient avec produiraient de l’oxygène propre à remonter le taux de l’étang

Une telle expérience pourrait de plus être rentabilisée:

  • par la vente des moules (si ça devient possible) ou pour le moins des naissains qui iraient grossir ailleurs (aussi longtemps que ce n’est pas possible dans l’Etang) par exportation des perches pendues aux tables d’élevage qui constituent le mode de mytiliculture en méditerranée
  • voire pourquoi pas par l’exploitation de certaines algues.  En effet si, comme sur la photo, les gracilaires poussent effectivement bien avec les moules et que la production est suffisante, il pourrait être rentable d’en extraire de l’agar-agar, un gélifiant utilisé dans l’agroalimentaire : http://www.fenip.com/associations/contenu_assoc.asp?id_srub=40&id_site=agaragar&id_type=4 ). Certes actuellement l’essentiel de l’agar-agar vient de pays à bas-coût, mais on parle de plus en plus de protectionnisme, alors pourquoi pas?

Sans doute a t’on, tous, trop longtemps été passifs devant le rétablissement (ou pas) de l’Etang. Une action de ce type semblerait n’avoir que des avantages d’un point de vue écologique, et pourrait même devenir rentable.

Cette idée devra évidemment être discutée avec les pêcheurs, les centres nautiques organisateurs de régates etc… Mais le rétablissement écologique de l’étang doit être prioritaire. Si cette idée est bonne, vu son coût manifestement faible (voire rentable) elle mériterait d’être appliquée.

C’est là encore une suggestion que nous faisons au GIPREB. En restant ouvert, évidemment à toutes les critiques que les visiteurs pourront nous laisser dans leur commentaires

(rajout du 14 juin 2012)
Guy Imbert, un de nos vieux adhérent et directeur de recherche au CNRS (en retraite), me signale que mon idée est loin d’être nouvelle:

  • voir son diaporama présenté à EDF en 2003 : Diaporama « redéveloppement halieutique de l’étang »
  • cette idée n’a pas été oubliée par EDF, puisque le représentant du LNHE (laboratoire d’Hydraulique et d’Environnement d’EDF) la cite comme projet possible pour l’amélioration de l’étang à la fin de son exposé lors des rencontres scientifiques LAGUN’R. Vidéo en 2 parties ici et )
Advertisements

Responses

  1. Article tres interressant.
    Je me presente, Florent, je me suis inscrit car depuis j’ai toujours habité pres de l’etang avec un acces a celui ci. j’ai aujord’hui 30 ans, j’ai pus constater les changements de l’etang de berre plus precisement l’etang de vaine, j’ai commencé a pecher dedans vers 14 ans pour le plaisir de pecher, en relachant toujours les muges. j’ai arreter d’y pecher vers 17 an. Et j’ai repris il y a 3 ou 4 an car on peche des dorades et l’etat de l’eau etait vachement ameliore , on revoit desgros crabes que je pechais a l’epoque de mes 10 ans, l’eau est claires, bcp moins d’algues echoués qui donne une odeur nauseabonde au rives. enfin bref depuis 5 ans on voit une tres nettes amelioration, les gens revienne a cet etang , on as qu’a voire le succes populaires des plages pendant l’ete. je precise que je regarde l’etang tous les jours au moins 2 fois (promenade du chien).

    Pour en revenir a l’article, je trouve que si cela ameliore l’etang de berre, il ne faut pas hesiter etudier la faisabilite de ce projet (aide, Ciffres d’affaires, Potentiel, avantage pour l’etang).
    Les moules etant classés C sur une echelle de A a D , donc soit lavage intensif soit affinage dans un autre etang ou mer.
    L’eau de l’etang etant tres riche ( trop), Propre d’apres les analyses, les sediments sont surement poullés d’ou le classement C, mais si on pratique la culture sur buchot??? les moulles n’ont acces qu’a l’eau (qui est autorise a la baignade je rapelle).

    Enfin bref Je pense que j’ai etait trop long, mais cet etang est une chance que l’on a detruit, essayons de reparer les betises de certains.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :