Publié par : pascal bazile | 11 mars 2012

Les zostères du bassin de délimonage de la centrale EDF de St Chamas

Entre 2 rotations de visites de la centrale, j’ai pu me mettre l’eau pour chercher ces fameuses zostères qui poussent là où on les auraient le moins attendues : dans le bassin de délimonage de la centrale EDF.

Nota : ce « bassin » (entre la digue EDF de la centrale et la digue EDF de la petite Camargue) est depuis longtemps plein de limons, le fond étant à 50cm environ. Les limons passent désormais au dessus et on les trouve désormais dans tout l’étang, surtout sa côte ouest. Cependant il semble que c’était la fonction première de ce bassin ouvert… j’ai donc gardé ce nom, faute de mieux)

J’ai plongé au droit du parking de la Petite Camargue, en m’enfonçant de 150m à peine vers le sud-sud-est.

On trouve des limons récents, mais finalement assez compacts. Quelques coques mortes. On se dit qu’on va rebrousser chemin et finalement on tombe sur ça:

C’est un petit herbier de 1m2 sous 0,5m d’eau environ. Je n’ai pas plongé très longtemps et je suppose qu’il y en a de nombreux comme ça. Mes infos de 2011 étaient qu’on trouvait de tels petits herbiers sur les 30 ha du bassin de délimonage.

Ce qu’il y a de réjouissant c’est que ce petit herbier a résisté au fort turbinage (= grosse arrivée d’eau douce et limoneuse, chute de la salinité à 11g/L) liée à la vague de froid de février.

C’est timide bien sûr, mais c’est un signe net de reprise biologique.

Il ne faut pas être trop pressé : les zostères sont des plantes apparentées aux posidonies.  Un bon article sur la reconquête des rivages marseillais par les posidonies est paru récemment : http://www.laprovence.com/article/forum-mondial-de-leau/les-posidonies-forets-sous-marines-a-proteger .La reconquête par les zostères des rives de l’Etang sera sans doute de l’ordre de moins d’1m par an à partir des herbiers actuels…

Les 3 cartes ci-dessous doivent nous rappeler le terrain perdu. La centrale EDF de St Chamas avait donné le coup de grâce, mais il semble que les herbiers avaient commencé à régresser avant, sans doute à cause de la pollution « classique » (comme pour Marseille et ses posidonies).

Sur les rejets de la centrale EDF notre position est donc : le niveau actuel des rejets dans l’étang permet une reprise de la vie marine (ou plus exactement lagunaire), cependant elle serait sans doute plus rapide en les réduisant encore et nous accepterions volontiers une nouvelle réduction des rejets avec augmentation des rejets en Durance. Plus que l’Etang de Berre, en état de convalescence pourrait on dire, c’est désormais la Durance qui est le gros point noir environnemental de notre région. D’où la place centrale de la Durance dans le tract de l’article précédent.

 

Advertisements

Responses

  1. Superbe article. ça c’est du vrai travail d’investigation. Merci de nous faire partager cette passion !!!
    Amicalement

    Jocelyn P


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :